Translate

mercredi 24 août 2011

Si j'étais fort, ça se saurait...

Si j'étais fort, ça se saurait...
Ce n'est pourtant pas cette phrase que se disent de nombreux joueurs de poker, champions, pseudo-champions, amateurs, pros, semi-pros, quarts-de-pros, blogueurs, etc...
Qui est fort au poker ?
Celui qui remporte les WSOP ? Celui qui décroche un bracelet tel P.Bruel ou même celui qui finit 3ème au M.E. tel Antoine Saout ? Ou encore ceux qui tiennent constamment le devant de la scène : les pros (donc à temps plein) tels Elky, Fabsoul, etc ? Ou encore le malheureux Pokerloto se targuant d'être le meilleur de tous ?

3 stades évolutifs me semblent évidents : le débutant, celui qui a compris les règles et le jeu, et l'expérimenté. Dans le détail, le débutant, appelé communément "fish", fait ses armes et apprend, jour après jour, les subtilités du jeu, les dangers, les erreurs à ne pas commettre. Il doit passer de très nombreuses heures à pratiquer avant d'avoir suffisamment "de bouteille" pour pouvoir espérer gagner un tournoi.
Parvenu au 2ème échelon, ce joueur se sent capable de se confronter à n'importe quelle table. Même s'il se trompe, il en a le sentiment. Il joue, joue encore et toujours, et parfois (ce mot a tout son sens), il finit ITM ou même remporte une épreuve par-ci par-là. A ce moment, son sentiment d'être un très bon joueur de poker est triplé voire décuplé ! Plus rien ni personne ne lui fait peur, et il osera s'attaquer à des compétitions (où il échouera 90 fois sur 100) alléchantes. Alors vous me direz "ce n'est pas si mal ! Une victoire sur 10 peut compenser largement 9 défaites !" Effectivement. Sauf qu'à ce moment, on atteint le 3ème échelon, et que la transition ne se fait pas d'un claquement de doigts ou d'une seule volonté.
Le joueur expérimenté, souvent semi-pro ou pro, a le grand pouvoir de participer à un maximum de grands tournois, là où le gain d'une place ITM sera très souvent supérieur aux bénéfices annuels d'un joueur échelon 2.
"L'argent appelle l'argent" rappelle le dicton. Le seigneur de La Palice pourrait affirmer sans nul doute aujourd'hui que plus tu fais de gros tournois internationaux, plus tu as d'occasions de gagner quelque chose. Et gagner une seule fois 50.000 € permet de pouvoir s'inscrire ensuite à des dizaines de gros buy-in...
Mais alors, comment parvenir à ce stade ?
2 possibilités : une très grosse perf ou de très gros moyens financiers !
Chacun d'entre nous a sans le savoir des facultés qu'il n'a jamais explorées : peut-être aurais-je pu devenir le numéro 1 mondial de tennis ou de Formule 1 ! Hélas, les hasards (mot à retenir) de la vie en ont décidé autrement. Rassurez-vous, je ne me lamente pas sur mon sort existentiel, et suis très heureux de ce que j'ai ! Au poker, c'est pareil. Car un mot n'a pas encore été "prononcé" ici : CHANCE.

Chance avec un c, comme capital. Il est en effet indispensable d'en avoir si on veut "perfer". Combien de fois peut-on lire dans les commentaires journalistiques ou dans les blogs :"Next time, GL" !
"G.L.", car oui, il t'en faudra pour aller au bout !
Il m'est arrivé d'obtenir des bons résultats online et en live. A chaque fois, la chance fut de mon côté aux moments opportuns. Les joueurs le savent bien, impossible d'aller loin si tu n'as pas un minimum de chance, c'est-à-dire si tu n'as pas les cartes !!! Combien de fois peut-on entendre ou lire chaque jour "arf.. j'ai pas eu de chance... j'avais AKs... et paf ! l'autre me sort une quinte de l'espace..."
Lors d'une compétition online,  j'ai eu le plaisir de me confronter à François Montmirel, qu'on ne présente plus. J'ai remporté les 2 head's up. Suis-je "plus fort" que lui ?
 
Et avoir les cartes ne signifie pas avoir AA en mains ! Mais cela veut dire que le flop (autant se faire payer avant la turn ou la rivère) viendra ajouter le % de réussite nécessaire pour remporter le coup. Ce n'est pas plus compliqué que ça. Ok, il y  a des bouquins de 300 pages qui décortiquent tout ce qu'on veut, mais le résultat est le même.
Si demain je gagne 2 EPT, on dira "c'est le meilleur !" Et bien non, il aura suffi simplement qu'après des années de pratique assidue (3), la chance apparaisse à ces occasions et bingo, je deviens du jour au lendemain le meilleur ! Ce serait trop simple ! Alors qu'on m'explique pourquoi les joueurs français (limitons-nous à eux) hyper connus ne gagnent pas régulièrement ?
Au classement actuel de ces joueurs, Grospellier, Cohen, Soulier, Roy, Pasqualini, Hairabédian, Teisseire, Haik apparaissent dans cet ordre. Croyez-vous réellement pouvoir les détrôner ?Aucune chance !!!

Le pro du Team Everest Léonard Truche déclarait "Maintenant que je suis un joueur sponsorisé, j'ai la chance de pouvoir jouer les plus gros tournois live du monde. Je veux continuer à améliorer mon jeu encore et toujours tout en représentant fièrement ma salle de poker préférée..."
Ses résultats depuis ? 8ème au SPT de Valence il y a 2 ans.
Dans le même Team, Fabrice Soulier : 7 fois ITM aux WSOP et sa meilleure place 49ème ! Pas mal non ! Alors pourquoi ne gagne-t-il pas le M.E. ? Anormal, non ! Serait-il moins bon qu'Antoine Saout qui fait 3 à sa 1ère participation ?

Fort, très fort ou moyennement fort, cela ne veut pas dire grand chose. Très chanceux, chanceux ou malchanceux, c'est plus réaliste.

L'important n'est pas ce que vous avez en mains, 
mais ce que vous attendez au board !  

  NB.  Avez-vous remarqué le symbole de la chance en haut de mon blog ? Persuadé qu'il agira un jour, je continue à jouer ! avec plaisir...



19 commentaires:

  1. Et pour augmenter ses chances de toucher un flop (ou un turn ou une riviere magique), il faut "jouer" toutes ses poubelles, les joueurs de la catégorie 1 l'ont bien compris :D
    Très bon post !

    RépondreSupprimer
  2. Beaucoup de vrai dans tout ce que t as écrit .. ça fait bcp relativiser ...

    RépondreSupprimer
  3. Punaise ca c est un article comme on aimerait en lire plus souvent.
    C'est bien de remettre les choses à leur place.
    Bon même au niveau 1 l'essentiel est de prendre du plaisir et de ne pas se prendres pour ce que l'on est pas ....
    Samsonov75

    RépondreSupprimer
  4. Bonne analyse même si je te trouve un peu dur en mettant Grospellier et Soulier dans la liste "des joueurs français hyper-connus qui ne gagnent pas régulièrement"... les deux font quand même de gros résultats très souvent (ils viennent chacun de remporter un bracelet aux WSOP en plus)!

    Ensuite c'est sûr qu'essayer de déterminer les meilleurs joueurs de tournoi du monde est mission quasi-impossible à cause de la variance qui est énorme dans ce format de jeu. Des joueurs plutôt médiocres peuvent parfois perfer dans un tournoi et faire beaucoup parler d'eux alors que dans le même temps d'autres beaucoup plus forts enchaînent les mauvaises rencontres et ne sortent pas du lot.

    Au final quand on y pense, la vie de tous les jours est faite comme ça. Dans un environnement professionnel par exemple, est-ce que les meilleurs sont aux plus hauts postes? Pas toujours, certains employés ont été chanceux et ont décroché leur promotion au bon moment tandis que d'autres certainement bien meilleurs enchaînaient les bad beats et ne se faisaient pas remarquer par leur hiérarchie...

    Je suis d'accord avec ta conclusion... il faut jouer le board et continuer de prendre du plaisir, c'est ce qui est important!

    RépondreSupprimer
  5. joli article assez vrai de plus .

    RépondreSupprimer
  6. bon article..
    moi je suis bloqué au stade 2 depuis bien trop longtemps..

    RépondreSupprimer
  7. C'est un peu réducteur comme vision, si tu fais un très grand nombre de HU entre un fish et un pro, je peux te garantir que le fish ne sortira pas gagnant sur le long terme, pour moi le poker est loin d'être un jeu de hazard.
    Je ne partage donc pas complètement ton avis.

    RépondreSupprimer
  8. Je m'y attendais, les opinions divergent...

    @ Kof : réducteur ? je ne le pense pas vraiment. Concernant le HU, je ne le pratique que très rarement, comme beaucoup de joueurs certainement. J'avais pris l'exemple d'un challenge de HU proposé par l'EFP, où j'ai eu le plaisir de me confronter à F.M., une des figures du poker français.
    2 victoires sur 2, mais cela ne veut pas dire, à mon avis et conformément à mes dires dans mon post, que je suis meilleur que lui, d'ailleurs je pense le contraire. Simplement lors de cette rencontre, j'ai eu les bonnes cartes aux bons moments, et ça, je ne le maîtrise pas.

    Enfin, je n'ai pas dit que le poker était un jeu de hasard. La chance intervient dans chaque tournoi (cantonnons-nous en aux MTT), avec des degrés divers et variés à chaque fois.

    Rappelle-toi ta victoire "chattée" (je te cite) à la finale de la Marcico League ! Tu finis le HU AQ vs AK qui te donne une quinte-river... Tu as les cartes à ce moment précis, le plus important pour gagner. L'inverse aurait pu se produire, ehanto gagnait ce coup, mérité, et tu perdais gros !

    Ce serait trop simple de maitriser le jeu...

    RépondreSupprimer
  9. J'aurais pu rappeler le jour où A.Saout se fait sortir 3ème des WSOP en envoyant son tapis préflop avec QQ, par J.Cada qui all avec sa paire de 2. La chance et le flop lui donnent un brelan...
    On appelle ça comment ?

    RépondreSupprimer
  10. Moi, j'ai pas d'avis, je sais jusque que ça me pèle les oignons quand un fish chatte en plus (comme avec 63o), (longue histoire, ...

    RépondreSupprimer
  11. Très beau papier,Mister brduke, moi j'ajouterais simplement, à la fin c'est toujours les cartes qui donnent la victoire au gagnant...quel qu'il soit...

    RépondreSupprimer
  12. Belle analyse! Le poker n'est pas (qu')un jeu de hasard, mais la chance joue énormément à un niveau:
    - finir régulièrement itm ou près des places payées pour rester un joueur gagnant mais de peu (allez je m'identifie), ce qui fait que pour monter de limite et augmenter ses chances de gros gains va demander beaucoup de temps
    - ou être moins régulier et connaître des deep runs aux bons moments pour faire de grosses perfs?
    Battre la variance en MTT (ou la limiter en tout cas) demande d'en jouer des tonnes, ce que le quidam moyen ne peut pas se permettre, donc il faut en effet que dame chance s'invite quand il le faut!
    Par exemple je préfère (de loin) connaître 5 coin flips perdus de suite si je peux connaître sur un tournoi 5 coin flips gagnés de suite (ce qui m'amènera pas loin du bout), plutôt qu'un coin flip gagné sur 2 qui m'amèneront short stack à la bulle!
    Et c'est une évidence que le rush arrive dans le beau tournoi à 100€ pour lequel on avait gagné un ticket plutôt que sur le 2€ recave de la table d'à côté!
    La chance au bon moment, il en faut même pour les bons joueurs: pour rester proche de nous, les blogueurs, on peut citer Stefal, excellent joueur déjà, mais qui a connu cette chance au bon moment (combinée à son talent évidemment), pour le propulser à Cannes puis à Vegas!
    Beaucoup de carrières de joueurs connus maintenant ont débuté ainsi (avec souvent des gestions de bankroll catastrophiques, ce qui prouve bien l'importance de la chance au bon moment!)
    Mais comme le rappelle fort justement samsonov, l'important c'est avant tout de se faire plaisir, sans se prendre pour ce qu'on est pas!

    RépondreSupprimer
  13. Je ne peux qu'approuver le commentaire de Thorgal. Autant j'avais l'impression dans mes live précédents que la chance me tournait le dos, autant elle a été outrancièrement a mes côtés à Ostende.
    Et je ne m'en plaindrai pas.

    RépondreSupprimer
  14. Evidemment, Dame Chance ne donne pas souvent dans la demi-mesure pour des Lives importants
    Bien qu'il puisse arriver aussi de traverser le désert, puis de trouver des oasis inespérées et bienfaitrices... et qui s'en plaindrait...

    Dommage que d'autres blogueurs ne donnent pas leur avis, bien qu'ils parlent régulièrement de chance et de déchatte dans leurs billets.

    RépondreSupprimer
  15. En fait lors de la finale Marcico, c'était pire que ce que tu dis puisque je vais chatter un brelan de K avec mon AK face à AA.
    Donc oui, j'ai eu de la chance, mais lorsque nous n'étions que 3 j'étais large chip leader jusqu'à ce qu'un coup du sors face face à ce même joueur ne me face chuter.
    Deplus c'est un joueur qui a été très très passif durant tout le HU, j'étais de loin le plus aggressif, je savais donc que cela se jourait sur un coup comme ça puisqu'il n'entrait dans un coup qu'avec QQ+.
    Donc finalement quand j'envoie tout avec AK, je sais que je joue au mieux un coin flip mais je sais aussi que je n'aurai peut-être pas de meilleur chance.
    Donc oui j'ai chatté, mais je pense que n'importe quel joueur à ma place fait le même move.
    Donc, oui il faut de la chance, mais je continue d'affirmé que la chance ne fait pas tout !
    Donc de mon point de vu ton article reste réducteur.

    RépondreSupprimer
  16. @ Kof : oui, c'est vrai, ton AQ qui fait quinte river vs AK, c'était quand tu as sorti D8.
    Mais comme tu dis, la chance était encore bien là, quand tu touches 2 rois avec AK vs AA... Un package sur cet échange ! ouch ! qu'en a pensé ehanto ?
    (à ta place j'aurais envoyé aussi...)

    RépondreSupprimer
  17. J'arrive un peu après la guerre mais je suis assez d'accord avec KKOF... Pour faire court, oui il faut que Dame chance soit de son côté pour faire des perf, mais c'est grâce à la technique et la stratégie qu'on limite l'impact de la chance.
    Pour reprendre l'exemple de KOF: il a chatté lors du HU, ok...mais il est arrivé en HU et il est arrivé dans ce HU en gagnant la majorité de ces mains grace a une bonne technique et une bonne stratégie...
    D'accord Stefal a chatté a Ostende...mais n'est t'il pas arrivé là en partant de seulement quelques dollars. Sauf si je me trompe, il a gagner un championnat qui se déroule en plusieurs manche...un débutant aurai pu gagner une manchemais pas un championnat sur 8 ou 10 manches...
    La différence entre un bon joueur et un mauvais joueurs c'est que grace a son expérience, sa technique et sa compréhension du jeu, le bon joueur limitera l'impact de la chance sur le long terme.

    C'est pour cela qu'on est pas tous destiné a être un ELKY (tu crois vraiment qu'il est juste chanceux que Léonardo Truche?)

    On ne peu pas nier qu'il y a du vrai dans ton article (très bien écrit d'ailleurs) mais comme KKOF je le trouve un peu réducteur! Il faut savoir reconnaître le talent ou il y en as!
    Quand je lis les perfs de OhMyGuru tous les dimanches je ne me dis pas "comment il chatte comme un porc lui" mais "il est impressionnant de régularité et il a certainement un edge important"

    RépondreSupprimer
  18. Ch'Manu28 octobre, 2011

    Salut Bruke !! lol

    Alors Bruno, déjà respect parce que ton blog est très bien fait.
    J'ai pris le temps de lire ton article ci-dessus.
    J'appelle cela un article, parce qu'il le vaut! Je suis vraiment surpris de la qualité de ton écriture, à moins que ce soit issu de la prof de français de ton fils?!!! lol
    Sérieusement j'ai l'impression que ça sort de la plume d'un journaliste...

    Pour ce qui est de ta pensée citée ci-dessus, moi je suis d'accord, mais comme tu l'a dit les avis divergent. A fortiori, au lieu d’appeler ça de la chance, moi j'appellerai plus ça le "destin"... toujours pareil, les pensées divergent...

    Au plaisir Bruke!!! ;)

    RépondreSupprimer